Une patiente atteinte d'un cancer métastasé de la moelle osseuse connu sous le nom de myélome multiple est en rémission totale depuis l'injection d'une dose massive d'un virus modifié de la rougeole. Crédits : Hôpital général de Kingston
En administrant un virus modifié de la rougeole à une femme atteinte d’un cancer métastasé, des médecins américains ont réussi à obtenir la rémission totale de sa maladie.
Depuis quelques années, l'américaine Stacy E. luttait contre un cancer redoutable : le myélome multiple, un cancer du sang qui affecte la moelle osseuse.

Après avoir épuisé sans succès tous les traitements possibles (chimiothérapie, transplantation de cellules souches), et alors que le cancer de Stacy s'était métastasé, les médecins qui soignaient l'américaine ont décidé d’administrer à cette dernière une dose massive d'un virus modifié de la rougeole.

interesting animated GIF

Au cours des heures suivant l'administration de ce virus, Stacy a été atteinte d'une fièvre extrêmement élevée, doublée de migraines et de vomissements.

Mais au cours des jours qui ont suivi, le phénomène espéré par les médecins s'est produit : les métastases cancéreuses qui envahissaient le corps de Stacy ont peu à peu disparues…

Au bout de plusieurs semaines, et après de nombreux examens, Stephen Russell (Mayo Clinic à Rochester, Etats-Unis) et ses collègues se sont finalement rendus à l'évidence : le cancer de Stacy était en rémission totale.

Cette performance a été publiée le 13 mai 1014 sous le titre "Remission of Disseminated Cancer After Systemic Oncolytic Virotherapy" dans la publication attitrée de la Mayo Clinic (Rochester, Etats-Unis), la revue Mayo Clinic Proceedings.

L'utilisation d'un virus pour combattre des cellules cancéreuses était-elle une première ? Certes pas. En effet, la virothérapie oncolytique (dite aussi thérapie virale oncolytique), une thérapie qui consiste à utiliser des virus modifiés afin de lutter contre certaines cellules cancéreuses, est un outil thérapeutique exploré et utilisé depuis les années 1950 : grâce à la virothérapie oncolytique, des milliers de patients atteints de cancer ont ainsi été traités avec des virus modifiés de toutes sortes, comme le virus de l'herpès ou les virus de la famille des poxvirus (les Poxviridae sont de grand virus dotés d'un ADN à double brin…).

mrw animated GIF Mais la dimension totalement inédite de la rémission de Stacy réside dans le fait que le cancer de cette dernière était métastasé : en obtenant sa rémission totale, Stephen Russell et ses collègues ont donc démontré que le recours à la virothérapie pour le traitement des cancers métastasés était une piste extrêmement prometteuse à l'avenir.

Il est à noter qu'une seconde patiente âgée de 65 ans, atteinte elle aussi d'un myélome multiple, a été traitée en même temps que Stacy à l’aide du même traitement (injection massive d'un virus modifié de la rougeole). Mais pour ce deuxième cas, les médecins de la Mayo Clinic n'ont pas obtenu de rémission totale. Toutefois, une réduction partielle des cellules cancéreuses a tout de même été observée.

De plus, les analyses d'imagerie effectuées après l'injection du virus modifié de la rougeole chez cette deuxième patiente ont montré que ce virus modifié ciblait bel et bien les cellules cancéreuses de façon spécifique (au lieu de s'attaquer aléatoirement à toutes les cellules). Une observation qui confirme que le recours à ce type de virus modifié est bel et bien pertinent.

Une dernière question demeure : quels sont les éléments qui ont incité les médecins américains à utiliser spécifiquement ce virus de la rougeole ? Ils se sont notamment appuyés sur une étude publiée en 2007 sous le titre « Preclinical Pharmacology and Toxicology of Intravenous MV-NIS, an Oncolytic Measles Virus Administered With or Without Cyclophosphamide », montrant que la toxicité de ce virus sur les cellules cancéreuses était dépendante de la dose : plus la dose utilisée était massive, et plus la toxicité de ce virus modifié de la rougeole sur les cellules cancéreuses était élevée.

Fort de ce succès, les médecins américains de la Mayo Clinic ambitionnent maintenant de mener des études à plus large échelle, afin d’évaluer plus précisément le taux d’efficacité de ce virus modifié de la rougeole sur le myélome multiple.

 

http://www.journaldelascience.fr/sante/articles/cancer-metastase-remission-totale-grace-au-virus-rougeole-3603