Des chercheurs d’un hôpital de Boston, aux Etats-Unis, ont annoncé le 14 avril dernier avoir été en mesure de recréer un rein et de l’avoir transplanté sur des rats. Les scientifiques, qui ont publié leurs avancées dans la revue Nature Medicine, sont catégoriques : « le prototype issu de notre travail montre qu’un bio-rein peut fonctionner ». Selon eux, l’espoir d’une transposition chez l’homme est permis.Des scientifiques cultivent un rein en laboratoireL’expérience a été relatée dans la revue Nature Medicine : Durant une première phase, les chercheurs ont enlevé la plupart des cellules vivantes d’un rein de rat, et ceci grâce à une solution détergente. Les intéressés ont ainsi réalisé un "rein évidé" duquel 90% des structures contenant de l'ADN avaient été éliminées. Une deuxième phase a alors été enclenchée : L’enveloppe de collagène ainsi obtenue est devenue le berceau de cellules humaines, recouvrant les parois des vaisseaux sanguins d’un rein, et de cellules rénales, prélevées sur des rats nouveaux-nés.Selon Harald Ott, du Centre hospitalier du Massachusetts, « les cellules n’étaient plus des cellules souches, mais pouvaient se réassembler en tissus fonctionnels ». Et l’organe ainsi recrée a alors été transplanté sur des rats vivants (chez qui un rein avait été enlevé) par les scientifiques de l’hôpital de Boston. Les colonies cellulaires ont progressivement redonné à l’organe ses couleurs et certaines de ses fonctions. Les chercheurs en conviennent, « l’expérience était destinée à valider le principe théorique d’une utilisation d’organes quelconques pour la production d’organes transplantables ». Et le plus dur resterait à faire, puisque « de nombreuses difficultés techniques doivent encore être contournées ».