Le radiodiffuseur américain Viasat s’associe à Boeing pour constituer une plateforme de trois satellites géostationnaires d’ultra haute capacité. Livrés en 2019, ils permettront d’obtenir partout dans le monde une connexion internet de plus de 100 Mbit/s.

Viasat-3; Viasat

Qui dit mieux ? Avec son projet de satellite ViaSat-3, le FAI et radiodiffuseur ViaSat affirme pouvoir atteindre la capacité de réseau record de 1 Tbit/s. Le communiqué de presse annonce même modestement que cela équivaudra à « la capacité totale de tous les satellites commerciaux actuellement dans l’espace », qui sont au nombre de 400.

L’idée est de construire une plateforme composée de trois de ces engins, associée à des stations au sol. ViaSat promet ainsi des services d’accès à Internet imbattables en termes de vitesse, de coût et de flexibilité.

Le débit pour le client devrait être supérieur à 100 Mbit/s, autorisant ainsi les usages les plus gourmands en bande passante, comme le streaming en 4K, y compris pour les oubliés de l'ADSL et de la fibre. Les entreprises pourront également en profiter, à l'image de compagnies aériennes qui souhaiteraient proposer le Wi-Fi ou des systèmes de divertissement à bord sur des vols commerciaux, des jets d’affaires ou des avions spéciaux pour les gouvernements. ViaSat affirme aussi qu’il pourra allouer rapidement des ressources en fonction des demandes géographiques. 

La plateforme devrait être opérationnelle en 2019

science space nasa astronaut satellite

Les deux premiers satellites sont en cours de construction en coopération avec Boeing. Ils se focaliseront sur l’Amérique, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Le troisième se concentrera sur l’Asie pacifique. L’ensemble sera complété par le satellite Viasat-2 qui sera déployé courant 2017 et qui est destiné à fournir de la 4G. La couverture devrait donc être mondiale et la plateforme opérationnelle d’ici 2019.

Rappelons qu’en France, Eutelsat fournit déjà des accès à internet par satellite avec son système Tooway, commercialisé à partir de 19,90 euros par mois... Mais comme avec toutes les offres satellites, le volume de données que l'on peut échanger est limité : il faut compter 30 euros pour obtenir 10 Go, avec un débit descendant maximum de 22 Mbit/s, similaire à une bonne connexion ADSL. Ils sont par ailleurs excellents en upload, avec 6 mb/s.

Les débits largement supérieurs promis par cette nouvelle génération de satellites ont de quoi séduire une foule de nouveaux clients... D'autant que ViaSat pourrait se montrer assez agressif lors de sa commercialisation. Il vient de créer une entreprise avec Eutelsat, justement, pour commercialiser directement un service d'accès très haut débit en Europe. Mais il ne s'appuiera dans un premier temps que sur le satellite multifaisceaux KA-SAT d'Eutelsat.

angry internet computer monday spongebob squarepants

D'autres projets espèrent eux aussi apporter grâce aux satellites une connectivité à prix réduits dans des zones qui en sont encore dépourvues. Comme celui de Greg Wyler avec OneWeb et de Space X. Mais leur inconvénient est de reposer sur des constellations de satellites défilants en orbite basse. Ce qui implique d'en lancer plusieurs centaines pour couvrir toute la Terre. Par ailleurs, Elon Musk ne dispose pas encore de bande de fréquence, contrairement à Greg Wyler, Eutelsat ou ViaSat qui sont déjà autorisés à diffuser sur la bande Ka.

http://www.01net.com/actualites/l-internet-a-100-mbits-par-satellite-c-est-pour-bientot-950870.html