Le groupe lance EcoBlade, système permettant de stocker de l'électricité pour une maison ou un « data center ».
Tesla commercialisera un produit concurrent en France en 2016, après les Etats-Unis et l'Allemagne.

L'Ecoblade de Schneider Electric se compose de plusieurs batteries: leur nombre dépend de la puissance qu'on veut obtenir.

Découpler la production d'électricité de sa consommation : longtemps vécu comme un Graal, le stockage d'électricité devient au fil des mois plus concret. Après avoir annoncé au printemps le lancement de Powerwall, son système de batterie pour les maisons, Tesla va bientôt passer le test de la mise sur le marché. « La production du Powerwall a commencé dans notre Gigafactory [en cours de construction dans le Nevada, NDLR] et la distribution commence en ce moment même aux Etats-Unis, en Australie et en Allemagne. Les premiers systèmes devraient être installés d'ici à fin janvier 2016 », indique un porte-parole de Tesla. Et le Powerwall arrivera aussi en France « d'ici six à huit mois », a annoncé le patron de Tesla, Elon Musk, lors d'une conférence à la Sorbonne, à Paris, début décembre.

Afficher l'image d'origine

Le leader mondial des systèmes électriques, Schneider Electric, a lui aussi profité de la COP21, début décembre, pour présenter EcoBlade, également basé sur une batterie lithium-ion. « EcoBlade, c'est une batterie mais c'est surtout du software. Nous avons des dizaines d'années d'expérience dans le management de l'énergie et 10.000 ingénieurs dans la high-tech », souligne Kially Miguel Ruiz, directeur de la stratégie pour l'activité stockage d'énergie chez Schneider Electric.

De fait, chacun s'appuie sur ses forces : Tesla utilise son expertise dans les batteries pour voitures. Schneider Electric décline, lui, son savoir-faire dans la « sécurisation » de l'alimentation en énergie, développée pour les « data centers » avec sa marque APC. EcoBlade, qui sera commercialisé « courant 2016 », se veut d'ailleurs un système intelligent, qui pourra prendre en compte les données météo ou les prix pour stocker et déstocker au mieux l'énergie. Le groupe n'a pas précisé le nom de ses partenaires pour construire les batteries, mais il discute avec le français SAFT. Le projet a été développé à Boston, l'un de ses cinq centres mondiaux de R&D (avec Grenoble, Bangalore, Shanghai et Monterrey).

« Simple et abordable »

02

« Au-delà du design, c'est le coût, bien inférieur à ce qui se faisait jusqu'ici, qui fait maintenant la différence. Dans certains cas, il devient intéressant de produire et stocker son électricité », constate Jean-Philippe Tridant Bel, du cabinet Alcimed. « Pour se développer, le stockage d'énergie devra être simple et abordable. Nous commençons à 1.000 dollars pour 2 kilowattheures (kWh). C'est le prix que coûtait un ordinateur il y a quelques années. Et comme pour les ordinateurs, le coût va baisser quand le marché va grandir », note Kially Miguel Ruiz. Le Powerwall sera, lui, vendu 3.000 dollars pour 7 kWh. Selon Schneider Electric, un EcoBlade de 5 kWh permet d'assurer 5 heures de consommation moyenne d'une maison. Panasonic (par ailleurs partenaire de Tesla pour produire ses batteries) avait lancé en 2012 un système baptisé Power Station, mais plus cher. « L'année 2016 est importante, elle doit faire la preuve du marché. Les années qui viennent vont montrer si l'usager s'y retrouve économiquement et si la technologie est éprouvée », estime Jean-Philippe Tridant Bel.

Schneider Electric EcoBlade Building Solution

Comme Tesla, Schneider Electric ne s'adresse pas qu'aux ménages : Powerwall comme EcoBlade sont des systèmes modulaires permettant, en additionnant les éléments, de restituer plusieurs mégawattheures d'énergie pour fournir des immeubles ou des « data centers ». Un marché où d'autres acteurs sont déjà présents. Fin 2014, Siemens et LG Chem ont par exemple annoncé leur collaboration pour des usages professionnels. Les groupes ne donnent pas, à ce stade, d'objectif de ventes, mais Elon Musk a indiqué en août avoir enregistré plus de 100.000 réservations de Powerwall et Powerpack (pour les usages professionnels).

Afficher l'image d'origine

Les produits sont prioritairement destinés aux ménages qui disposent de panneaux solaires sur leur toit, mais le marché pourrait évoluer. « Même sans énergies vertes, il y a un potentiel énorme pour rendre le réseau électrique plus efficace et pour être capable de fermer les centrales les plus polluantes », a expliqué Elon Musk à Paris. Dans l'Aube, Schneider Electric et SAFT expérimentent d'ailleurs un stockage en tentant de déterminer les avantages respectifs pour le producteur d'énergie, le réseau d'électricité et le fournisseur d'énergie.

http://www.lesechos.fr/paris-climat-2015/actualites/021545868943-schneider-electric-defie-tesla-dans-le-stockage-denergie-1185783.php