Par voiture volante on parle ici d’un buggy équipé d’une hélice d’ULM et d’une voile de parapente. C’est la société française Vaylon qui s’est lancée ce défit : concevoir la première voiture volante à être commercialisée en Europe. Voyons en détail comment l’entreprise strasbourgeoise compte s’y prendre.

PEGASE voiture volante française

Conception & Autonomie

Depuis 2008, Jérôme Dauffy, fondateur de Vaylon, oeuvre chaque jour proposer un produit fini idéal, fonctionnel et surtout commercialisable. C’est en 2013 que c’est homme ambitieux est en mesure de proposer son tout premier prototype. En référence au cheval aillé de la mythologie grecque, il décide de prénommer ce petit véhicule; PÉGASE. Ce dernier, n’est ni plus ni moins qu’un buggy possédant 4 roues à l’empattement étroit pour une meilleur adhérence sur des terrains abîmés, une hélice d’ULM à l’arrière, un moteur essence de 100CV et surtout une voile de parapente de 38m² de surface. 

L’engin, équipé de 2 places, pèse dans les 300 kilogrammes tout de même, mais peut prendre son envole sur une distance de 50 mètres seulement. Le moteur propulse autant la voiture sur la terre que dans les airs et permet au véhicule de voler à une vitesse de 80km/h (contre 100 km/h sur la terre ferme). Enfin, le fameux PÉGASE possède une excellent autonomie en conférant 3 heures de vol à ses passagers.

http://www.industrie.com/it/mediatheque/4/8/5/000013584.jpg

Attention tout de même, afin de pouvoir piloter l’engin, son pilote devra posséder sa licence d’ULM impérativement. Le permis B n’est hélas pas autorisé !

Des vols d’essais à l’homologation

Jérôme Dauffy ne se dit pas inquiet quant à cette étape même s’il lui faudra obtenir l’indispensable homologation ULM. Pour les vols d’essais, un jeu d’enfant puisqu’il ne s’agit ici que d’un ULM en plus lourd.

De plus, rappelons que le Maverick, modèle américain, vole déjà depuis 2008 et qu’il est bien plus lourd que le PÉGASE tricolore.

A noter que le buggy volant made in France, comporte de meilleurs atouts que son concurrent américain : il est beaucoup plus léger ce qui lui confère une grande capacité d’emport dans le ciel et il possède de meilleures capacités tout-terrain grâce à ces roues étroites et ses suspensions adéquates. Le PÉGASE peut même se venter de pouvoir transporter plus de 160 kg de matériel et plus du poids du pilote et du passager. Tous ces atouts rassure d’autant plus Jérôme Dauffy quant à l’accès à l’homologation.

Pour quelle cible et à quel prix ?

Evidemment, la voiture volante à un coût et n’est pas accessible au premier venu possédant son brevet de pilote ou sa licence ULM. Selon le fondateur, le modèle devrait être vendu pour environ 100 000 euros. Oui oui, le prix d’une voiture de sport terrestre !

Au volant de la Pégase

Pour rassurez sa cible potentielle, il appuie son argumentaire sur le fait que son véhicule volant et roulant est 100 fois moins cher en entretien qu’un hélicoptère par exemple (un peu comme mister auto serait moins cher que n’importe quel constructeur automobile). En effet, une heure de vol ne coûterait qu’entre 20 et 50€ tout compris.

Le tableau de bord de la Pégase

Ce véhicule tout-terrain volant s’adresse donc à une cible de sauveteurs, pompiers ou autres militaires car il peut rapidement rendre accessible des zones sinistrées ou dangereuse. 

 http://www.mister-blogauto.com/actus/voiture-volante-francaise/