Des chercheurs ont présenté un prototype de pile biodégradable...

Manger une pile au lithium, c'est fortement déconseillé. Parce que cet élément chimique est toxique pour le corps humain, des chercheurs de l'université Carnegie Mellon viennent de présenter un prototype de batterie biodégradable, qui peut fournir de l'énergie à des médicaments intelligents que le patient avale comme un cachet. Leur étude est publiée dans la revue scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences.

Ce ptototype de batterie biodégradable est se dissout dans l'estomac.

La batterie de l'équipe du professeur Christopher Bettinger fonctionne toujours sur le principe d'une réaction chimique entre un pôle positif et un négatif. La différence, c'est qu'elle utilise deux substances que le corps peut absorber: de la mélanine extraite à partir d'encre de seiche et un oxyde de manganèse.

Dégradée par l'estomac

Cette pile «bio» produit peu d'énergie mais cela suffit pour des médicaments qui doivent délivrer une dose à intervalle régulier. Elle évite surtout l'implantation d'une batterie envahissante qui doit en général être retirée par une intervention chirurgicale une fois le traitement terminé.

D'autres solutions existent, certaines misant sur une injection sous-cutanée. Mais l'avantage de ce prototype, c'est qu'il est simplement digéré par les sucs de l'estomac. L'approche des chercheurs pourrait encore être adaptée à la «bioélectronique», par exemple pour des Google Glass réduites à de simples lentilles de contact.