Les avancées en biomédecine et dans le domaine des prothèses cybernétiques amèneront progressivement le remplacement de certains organes de patients par des équivalents robotiques. Et pour alimenter ces nouveaux systèmes, il faudra trouver des solutions adaptées et durables.

implant piezoelectrique

Le développement des prothèses bioniques s'est accéléré ces dernières années, et en marge de la création d'une interface homme - machine ultime, se pose la question de l'alimentation de ces dispositifs qui ont souvent recours à l'utilisation de batteries et d'un port de recharge externe.

implant 

Des batteries qui sont adaptées aux prothèses externes comme celles de mains, chevilles ou jambes, mais qui se veulent encore complexes à intégrer dans des prothèses sous-cutanées.

L'option la plus généralement étudiée à ce problème, et c'est le cas des prothèses de rétine, reste la recharge par induction électromagnétique. Une recharge sans fil depuis un chargeur positionné à proximité de la prothèse.

Mais lorsque les prothèses bioniques seront plus généralement implantées à titre de réparation ou d'augmentation des performances de l'homme, elles pourraient se baser sur une nouvelle forme de recharge tirant directement l'énergie du corps humain.

Un patch piézoélectrique est ainsi envisagé, il permettrait de transformer l'énergie cinétique en électricité et nécessiterait une opération de chirurgie légère pour être implanté. Développé depuis quelques années, il se veut déjà capable d'alimenter un pacemaker en étant placé directement à la surface du coeur.

Ce type de chargeur pourrait être placé au niveau des poumons ou du diaphragme qui sont des zones en mouvement constant et régulier capable de les transformer en véritable usine électrique. Le patch est constitué de nano rubans de titano-zirconate de plomb encapsulé dans un plastique biocompatible. Le tout est associé à un stabilisateur et à une micro batterie qui agit comme une sorte de tampon.

Le patche a été testé avec succès sur deux coeurs de vaches vivantes, malheureusement les essais cliniques sont encore loin de débuter. Jusqu'ici, jusqu'à deux implants ont été montés en simultané pour produire davantage d'électricité.

Selon les rendements de ces types de patches, ils pourraient devenir la norme lorsque les implants cybernétiques se démocratiseront, à moins d'avoir trouvé une autre solution fiable, sécurisée et durable d'alimentation d'ici là.