Un piercing sur la langue pourrait permettre aux tétraplégiques de contrôler leur fauteuil roulant. L'expérimentation a montré qu'ils se déplaçaient ainsi 3 fois plus vite.

Ce piercing ressemble à un bijou mais c’est l’équivalent d’une manette : il contrôle le fauteuil roulant de Jason DiSanto. Le développement de ce dispositif, le Tongue Drive System, a été présenté ce 27 novembre dans le journal Science Translational Medicine. Une équipe du Georgia Institute of Technology (Georgia Tech) est à l’origine de ce projet ambitieux.

Tongue Drive System 1.jpg

Jason DiSanto est tétraplégique depuis un accident de plongée en 2009. Pour se déplacer, il utilise le système du "sip-and-puff" ou du "siroté-soufflé", qui consiste à souffler dans une sorte de paille pour faire avancer son fauteuil.

Mais, en 2011, Jason DiSanto a rejoint les essais pour le Tongue Drive System. Il « va améliorer ma qualité de vie quand je pourrai l’utiliser où que j’aille, confie-t-il. Avec le système siroté-soufflé, il y a toujours une paille devant mon visage. Avec le Tongue Drive, les gens me voient moi, et pas mon équipement. »

Le dispositif Tongue Drive System (TDS) développé par une équipe d'universitaires de l'Institut de technologie d'Atlanta. (crédit : Maysam Ghovanloo).


6 positions de la langue commandent le fauteuil
Le Tongue Drive System pourrait donc transformer la qualité de vie des personnes paralysées, notamment la façon dont ils interagissent avec leur environnement. Le principe est simple en apparence. Un petit aimant est installé dans un piercing sur la langue. L'appareillage ressemble à une gouttière orthodontique. Il est muni de capteurs qui, à l'aide d'un casque, détectent le mouvement et la position de la langue grâce au champ magnétique produit. Les applications pratiques sont nombreuses. Selon l’équipe de recherche, il serait même possible d’établir une commande pour chaque dent. En utilisant des combinaisons dans les positions de la langue, un grand nombre d’instructions pourrait être défini.


L’essai clinique présenté a testé le dispositif auprès de 23 personnes valides et 11 personnes tétraplégiques. 6 positions de la langue ont été programmées pour contrôler un fauteuil ou un ordinateur. Ainsi, en touchant la joue de gauche, il est possible de tourner le fauteuil vers la gauche. Les résultats sont indéniables : les patients en fauteuil roulant ont eu des résultats un peu plus rapides avec leur fauteuil et trois fois plus sur simulateur. La fiabilité du mouvement était la même. Seule limite à l’étude : les patients âgés ont refusé d’y participer car ils ne souhaitaient pas être "piercés".

 

Le système Tongue Drive (crédits : Maysam Ghovanloo)

 

Pourquoi la langue ?

L’équipe de Georgia Tech exploite l’habileté « incroyable » de la langue. Une large section du cerveau est affectée au contrôle de la langue, notamment grâce à son rôle dans la parole. Ce muscle n’est pas non plus affecté par les blessures de la moelle épinière qui paralysent le reste du corps.

Un piercing sur la langue pour contrôler son fauteuil roulant

Si l’enthousiasme est de mise dans l’équipe de recherche, le produit reste limité aux laboratoires d’universités pour le moment. Les chercheurs tentent de stabiliser le dispositif Tongue Drive System. Il faudra ensuite le faire approuver par les autorités américaines, et le mettre à disposition des patients. Pour cela, des études plus larges, en conditions de vie réelle seront nécessaires.