Il n’est pas rare que certaines trouvailles scientifiques résultent d’un accident. Ce qui a débuté comme une recherche sur le graphène a fini par donner naissance au verre le plus fin du monde. Avec une épaisseur de seulement deux atomes, cette feuille de verre figurera désormais dans le Livre Guiness des Records édition 2014.

On doit cette découverte accidentelle aux chercheurs de l’Université de Cornell et de l’Université d’Ulm, en Allemagne.

A l’origine, ils voulaient créer du graphène en utilisant des feuilles de cuivre à l’intérieur d’un four à quartz. C’est alors qu’une fuite d’air a créé une sorte de boue, fruit de la réaction chimique entre les matériaux.Après une étude approfondie de cette substance, il s’est avéré que la boue est composée d’atomes de silicium et d’oxygène. Autrement dit, les éléments qui forment la couche de verre. Celle-ci est tellement fine que chacun de ses atomes sont bien visible au microscope. Selon David Muller, c’est la première fois qu’ils ont pu voir l’arrangement des atomes dans un verre.La bonne nouvelle, c'est qu'à l'avenir, cette feuille de verre d’une finesse inégalée pourrait être utilisée dans la fabrication des smartphones et ordinateurs. De quoi faire des appareils toujours plus légers, mais qui conservent leur résistance et leur ergonomie.

Ain’t Life A Game?