La technologie d’impression 3D vient de s’illustrer dans un domaine particulièrement étonnant : la réalisation de micro batteries à peine plus larges qu’un grain de sable.

Imaginez un ordinateur tellement petit qu’il pourrait être directement implanté dans le corps d’un humain. Avec seulement un millimètre de large, l’Université de Harvard vient de créer la batterie idéale à toute forme de dispositif miniaturisé à l’extrême.

 Il s’agit ici de la toute première batterie réalisée à partir d’une imprimante 3D.

L’équipe en charge du projet a utilisé une encre spécialement conçue avec une imprimante capable de réaliser des couches de seulement 30 microns d’épaisseur.

micro batterie imprimée

L’encre composée d’un mélange de nanoparticules conductrices a permi de façonner deux moitiés d’électrodes qui une fois durcit ont été placées dans un réceptacle rempli d’un électrolyte. La batterie créée offrirait des performances comparables aux batteries présentes dans les smartphones actuels au niveau des cycles de charge, décharge de la densité d’énergie et de la durée de vie.

Au final, la batterie mesure moins d’un millimètre de large et pourrait révolutionner la robotique et l’ensemble des dispositifs électroniques portables.

Prochaine étape pour les scientifiques : être capables d’imprimer ces batteries ainsi que leurs circuits électriques directement au sein des appareils imprimés en 3D afin d’optimiser l’espace et la capacité des appareils les plus petits en exploitant le moindre recoin disponible.

Un objectif qui pourrait effectivement se révéler intéressant en termes d’optimisation, mais qui ne fera sans doute pas le bonheur des utilisateurs de Smartphones qui regrettent déjà ne pas systématiquement pouvoir changer la batterie de leur appareil en cas de besoin.