http://www.youtube.com/watch?v=wM_UflGNLNg&feature=player_embedded

Des chercheurs de l’université des sciences de Tokyo ont montré qu’il était possible de fabriquer des batteries au sodium-ion utilisant comme anode du carbone issu de saccharose pyrolysé. Les résultats rapportés par Diginfo News sont très encourageants, car ils offrent une batterie beaucoup moins chère à fabriquer et 20 % plus autonome qu’un modèle identique au lithium-ion. Les scientifiques envisagent une utilisation commerciale d’ici cinq ans.

Des matériaux moins chers pour de meilleures performances

La fabrication de l’anode demande de chauffer le saccharose à des températures de 1 000 °C à 1 500 °C dans un environnement dépourvu d’oxygène. C’est le principe même de la pyrolyse, qui évite l’oxydation et permet d’obtenir en l’espèce une poudre de carbone dur.

L’autre aspect important de cette nouvelle batterie est l’utilisation de sodium au lieu de lithium. Le sodium est disponible en quantité presque illimitée, contrairement au lithium qui est plus rare et plus cher. Les chercheurs ont aussi montré qu’une batterie sodium-ion était plus flexible, car elle peut utiliser du fer ou du aluminium, en plus du sodium, rendant sa fabrication plus aisée.